BonBons & chocoL@ts

mardi 28 novembre

L'inspecteur

Antoine Dupkat, une fois terminé ses clichés en noir et blanc, plia bagage et s'en alla, penaud, la vue de ce corps sans vie lui donnait le vomis. Comment on pouvait arriver là? Enfoncer un couteau dans la poitrine d'une june femme en pleine fleur de l'âge? Non, si c'était une vieille ce serait différent... mais une jeunette comme celle là, avec des yeux verts vitrés (tiens, ils étaient vitrés en vie?). La voiture démarra en trombe sur la chaussée vide à cette heure d'un dimanche ensolleillé.

L'inspecteur Rouget choisit d'arriver au moment où la poussière du départ de Dupkat était déjà tombé sur le sol humide. En arrivant sur le site où se trouvait le cadavre il remarqua immédiatement la trace de chaussures qui ne correspondaient pas à celles de ses policiers! (ne demandez pas comment il put déduire cela, c'et comme ça dans les romans policiers). Il compris que quelqu'un avait visité les lieux. La preuve, ce dépôt de cendre de cigarette à coté des jambes de la femme. On verra ça plus tard. Il prit son GSM pour téléphoner au médecin légiste (qui allait rouspecter, c'est sûr, un dimanch matin...). Par la radio de la voiture il appella également la patrouille de garde pour venir sécuriser l'endroit, le temps d'enlever le corps.

Marco se leva avec un mal au crâne insurmontable. Deux cachets de Nurofen allaient neutraliser le mal. Il se regarda dans le miroir de la salle de bains et remarqua la tâche brunâtre  sur la main gauche. L'eau du robinet coula froide sur ses mains ensavonée. Il profita pour rafraîchir le visage qui portait les stigmates d'une nuit agitée comme ous les samedis. De retour dans la cuisine il fit coler le café  et savoura l'odeur amère de la poudre brune. Marc apréciait particlulièrement cet instant matinal.

Posté par kulota à 01:01 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 27 novembre

Du sang sur l'asphalte

Rouge. Le filet se répandait glissant entre les fissures du bitume. La chaleur du revêtement rendait encore plus visquese la consistance du liquide. Un chien errant passa par là et ignora tout de ce fait d'hivers. Une discrétion envers la victime qui gisait seule sans même une mouche qui viendrait se poser sur son visage inerte. L'attente allait se prolonger quelques heures. Un dimanche matin aux petites heures ce n'est pas le moment ideal pour se faire poignarder.Question logistique il vaut mieux choisir un mercredi matin ou un jeudi après-midi.

Antoine Dupkat arriva en trombe avec son appareil photo prêt à mitrailler. L'Inspecteur lui avait pourtant insté de ne pas faire les photos avant celles de la police. Peine perdue, quelques clichés ne changeraient rien à l'affaire. Et sans policiers il allait pouvoir faire quelques photos plus sugestives, un grand plan du string, Un autre des jambes écartées sans visage. Bref, ce qui plait aux lecteurs. Il travaillait depuis quatre ans pour un journal à grand tirage le "Nouvelles du Sud" et savait ce qui faisait monter les ventes. Une chance que Sylvie était en congé, il avait pu partir sur le coup.

Posté par kulota à 02:26 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

bruxelles

IMG_0581

Posté par kulota à 02:08 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Caramails, e-bons et chokol@ts

normal. Nous sommes net n'ette pas? au fond, ils s@git de vous enrober de ces sucrerires pour mieux vous convaincre à rejoindre la nouvelle Plateforme @-forme (P@). Tenté(e)? Envoyez votre email tout de suite à citoyenreis@gmail.com
Bienvenue à bord du voyage citoyen.

Posté par kulota à 11:34 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 23 novembre

Bonbons & Chocolats

Revoir la Toile et s'enfoncer dans le média luz.
Sombres pensées qui finissent par éclaircir l'horizon tal. Répétition absconne de détails insignifiants vécus insoupçonnés ensanglantés prurit de l'âme sourires de loup et dents de soie azur. La crème s'étale angoissée sur les tartines d'Elodie. Elle sourit avec ce petit creux dans sa joue gauche qui lui donne l'élan du cerf. Une nuit, dans le passé, ses yeux de biche se sont vitrés dans une posture de mort annoncée.

L'espoir se lisait dans le coin plié de sa bouche encore rose et la peau de son cou descendait laiteuse jusqu'au début de sa vallée mamaire. Ses seins durcis, encore jeunes de caresses pendaient inertes au clair de la torche. L'inspecteur Rouget détourna le regard pour ne pas s'attarder sur les jambes que la jupe repliée laissait voir. Le string de couleur bleu nuit avait été légèrement abaissé et un filet des sang encore pourpre coulait du coté droit de sa poitrine. C'est étrange.

Posté par kulota à 04:28 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]