mardi 28 novembre

L'inspecteur

Antoine Dupkat, une fois terminé ses clichés en noir et blanc, plia bagage et s'en alla, penaud, la vue de ce corps sans vie lui donnait le vomis. Comment on pouvait arriver là? Enfoncer un couteau dans la poitrine d'une june femme en pleine fleur de l'âge? Non, si c'était une vieille ce serait différent... mais une jeunette comme celle là, avec des yeux verts vitrés (tiens, ils étaient vitrés en vie?). La voiture démarra en trombe sur la chaussée vide à cette heure d'un dimanche ensolleillé.

L'inspecteur Rouget choisit d'arriver au moment où la poussière du départ de Dupkat était déjà tombé sur le sol humide. En arrivant sur le site où se trouvait le cadavre il remarqua immédiatement la trace de chaussures qui ne correspondaient pas à celles de ses policiers! (ne demandez pas comment il put déduire cela, c'et comme ça dans les romans policiers). Il compris que quelqu'un avait visité les lieux. La preuve, ce dépôt de cendre de cigarette à coté des jambes de la femme. On verra ça plus tard. Il prit son GSM pour téléphoner au médecin légiste (qui allait rouspecter, c'est sûr, un dimanch matin...). Par la radio de la voiture il appella également la patrouille de garde pour venir sécuriser l'endroit, le temps d'enlever le corps.

Marco se leva avec un mal au crâne insurmontable. Deux cachets de Nurofen allaient neutraliser le mal. Il se regarda dans le miroir de la salle de bains et remarqua la tâche brunâtre  sur la main gauche. L'eau du robinet coula froide sur ses mains ensavonée. Il profita pour rafraîchir le visage qui portait les stigmates d'une nuit agitée comme ous les samedis. De retour dans la cuisine il fit coler le café  et savoura l'odeur amère de la poudre brune. Marc apréciait particlulièrement cet instant matinal.

Posté par kulota à 01:01 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'inspecteur

Nouveau commentaire